Les Franciscains Conventuels de nos jours


Les Franciscains Conventuels de nos jours
L'Ordre des Frères Mineurs, ou Franciscains, a été fondé par saint François d'Assise qui a défini leur projet et leur mode de vie dans une Règle. Ce projet, aussi précisé dans des Constitutions Générales, a connu des aménagements en fonction de l'évolution du monde : Vocation de l'Ordre aujourd'hui (Assise, 1967) et L'évangile nous interpelle (Bahia, 1983).
Concrètement ce projet est vécu sous diverses formes par les frères selon les milieux, les aspirations et les besoins. Mais toujours sont respectés les fondements de la Règle de saint François.

De nos jours, la communauté des Franciscains Conventuels comptent 4000 frères de par le monde. Sans être totalement moines puisqu’ils accomplissent un apostolat dans le monde, les frères mènent une vie dite « régulière », ils sont donc religieux, issus de la famille des Ordres Mendiants. Ils portent une bure d’inspiration monastique pour la prière, les temps communautaires et la mission. C’est sur la contemplation (la prière et la vie avec Dieu sont des parts importantes de leur vie) qu’ils fondent leur apostolat.  Bien qu’ils s’appellent tous frères, selon le désir de St François, certains exercent la charge sacerdotale comme prêtres. Les autres, participent à la vie pastorale par la catéchèse, l’accompagnement des malades, un service en aumônerie….Ils vivent  tous dans des couvents ( d’où leur nom de conventuels), dirigés par un frère appelé « gardien ». Sur un vaste territoire (région, pays) ils s’organisent en Provinces ou en Custodies, selon le nombre de couvents ou des Frères. En France, les frères conventuels forment une Custodie de trois couvents, animée par un frère Custode. Cette Custodie est rattachée à la Province de Padoue en Italie. A la tête de l’Ordre, préside le Ministre Général qui succède à saint François. Tous les supérieurs sont élus pour une période de quatre ans, par les frères réunis en chapitre custodial, provincial ou général, selon le cas.

Comme ils n'ont pas été créés pour une Oeuvre spécifique, ils se sont toujours adaptés à leur époque et aux besoins du monde dans lequel ils vivaient pour lui apporter aide et lumière divine. Ainsi, qu'ils animent des lieux de pèlerinage, des aumôneries, des paroisses,  qu’ils organisent des camps d'été, éditent des revues, animent des pèlerinages  etc, leurs buts véritables restent la fraternité et la prière.


La spiritualité franciscaine conventuelle

  • La crèche et la croix : à la suite de St François les frères aiment à méditer sur la proximité de Dieu et des hommes, réalisée en Jésus de Nazareth. C’est pourquoi ils aiment représenter ces évènements dans l’année liturgique : la crèche de Noël dont François fut l’inventeur à Greccio et le chemin de croix, lui aussi, invention franciscaine.
  • L’Eucharistie : c’est-à-dire la messe et l’adoration. C’est le pivot de la vie communautaire. Le Christ se rend présent et rassemble les frères autour de Lui. St François a beaucoup insisté sur cet aspect dans ces écrits. Aussi , la messe conventuelle ( à laquelle participent tous les frères) est le cœur de la journée communautaire. Il en est de même pour l’adoration eucharistique, plusieurs fois durant la semaine.
  • Marie. Depuis huit siècle, les frères mineurs vivent une relation profonde avec Marie, dans laquelle ils voient, selon l’ expression de St François : « La Vierge faite Eglise ». Ils ont défendus au cours des siècles l’idée que dès sa conception, Marie bénéficiait déjà du salut apporté par son fils (l’Immaculée Conception) . Les Conventuels se réfèrent aussi à l’apport considérable de leur frère  saint Maximilien-Marie Kolbe, tant dans la réflexion que dans leur amour filial envers Marie, à laquelle il se consacrent quotidiennement et communautairement par la consécration qu’il a composé. Les Conventuels continuent son œuvre en accompagnant sa « Mission de l’Immaculée ».

Sur ces fondements les Franciscains Conventuels s’engagent dans le monde actuel. Les Franciscains partagent des valeurs qui sont, soit le fondement de leurs vœux, soit des valeurs héritées de saint François d'Assise : pauvreté, chasteté, obéissance dans l’humilité, la justice, la paix, l’ émerveillement face à Dieu et à toute Sa Création.


Le Charisme Conventuel
(particulier à cette branche des frères mineurs)

  • Le chapitre Conventuel :
    Les frères se rassemblent pour réfléchir ensemble, et décider ensemble de ce qui constitue notre vie communautaire. Ce chapitre a donc une connotation démocratique : il est à proprement parlé : « conventuel »
  • La prière communautaire des heures : 
    Les frères se rassemblent pour chanter la louange de l’Eglise à plusieurs moments de la journée (office des lectures et laudes le matin, l’office du jour à midi, les vêpres le soir, Complies.). Bien plus, cette prière se célèbre à l’église conventuelle, ce qui permet aux fidèles de participer à cette célébration fraternelle et sobre quoique solennelle.
  • La vie en communauté (conventuelle) :
    Saint François écrit dans son testament : « Le Seigneur m’a donné des frères ». Cette vie en fraternité (de trois à six membres) requiert une présence significative. C’est pourquoi les frères vivent, travaillent, mangent, se forment en communauté. Même si de larges moments sont réservés à la mission qui incombe à chacun, ainsi que des temps personnels pour la prière et la détente. Vivre en frères, de tempéraments  différents, rend témoignage de la possibilité pour les hommes de ce temps de vivre cette fraternité universelle.
  • L’annonce évangélique au cœur de la cité : 
    Depuis les débuts, les « frères de la communauté » vivent dans des couvents au cœur des cités ou la plupart du temps ils collaborent avec l’Eglise locale en animant une ou plusieurs paroisses . Le couvent devient centre de vie spirituel pour ceux qui y viennent et y sont accueillis, l’église est le cœur vital d’où part cette mission, la ville elle-même devient le champ d’action. L’annonce simple de l’Evangile par la visite aux familles, l’invitation à lire et méditer ensemble la Parole et à partager l’idéal de St François (Ordre Franciscain Séculier : laïcs franciscains.). Il s’agit surtout d’encourager les moyens d’expressions dans la liturgie, la prédication ainsi que la sanctification du temps et de l’espace par l’art, la culture et même les sciences profanes (graphologie…)
Ainsi, ils appliquent dans leur vie les valeurs évangéliques, initient des projets solidaires en lien avec leur milieu. Ils observent l'Évangile avec obéissance, vivent chastes et sans disposer de biens propres. En bref, cela signifie rester humble dans tout ce que l'on entreprend, tout recevoir de Dieu et l'accueillir dans la joie et la reconnaissance. Cela implique de partager la condition des humbles sans chercher à s'élever à quelconque rang social.
L'obéissance signifie d'être disponible aux fidèles et disponible à la mission confiée par Dieu, célébrer en s'y associant l'obéissance de Jésus à son Père.
La chasteté évangélique, pour sa part, est de se donner tout entier au Christ, totalement désintéressé dans sa relation à l'autre. C'est surtout inspirer et recevoir la confiance de tous, par un coeur ouvert à la Création.

 La journée typique des franciscains conventuels :   

• Vers 6h30 ou 7heures : une demi-heure (ou une heure) de prière silencieuse commune suivie de l’office du matin puis de la messe conventuelle (celle-ci peut avoir lieu avant vêpres le soir) .

• Vers 8h : Petit-déjeuner suivi des activités pastorales

• Vers 12h : prière mariale et office du milieu du jour suivi du repas.

• L’après-midi : activités pastorales.

• Vers 18 heures : vêpres.

• Après le repas du soir : temps fraternel puis ceux qui sont en paroisse ont parfois une réunion. L’office des Complies est célébré soit communautairement, soit personnellement.

• Une fois par semaine : rencontre communautaire, un temps de méditation commune sur la Parole de Dieu (Lectio Divina), une journée personnelle pour prier et se détendre, un temps prolongé d’adoration eucharistique.

• Une fois par mois : le chapitre conventuel, une sortie de communauté ou un temps de récollection (avent, carême).

• Une fois par an : un temps de formation, une retraite spirituelle personnelle ou avec d’autres.

Un temps de vacance est possible pour chaque frère, d ‘une vingtaine de jours.